2001 à 2003

04/06/2020

Au cours des années 2001/2002, la municipalité d’Aurillac et la CAF du Cantal ont réfléchi au maillage du territoire Aurillacois. Il a été décidé de rechercher les conditions de création d’un troisième centre social sur le secteur Ouest d’Aurillac. La forme associative a été privilégiée.

De son coté l’A.L.C. avait connu un développement important. Bien que les bénévoles restaient fortement impliqués dans la vie de l’association, celle-ci comptait désormais des salariés. Outre les accueils loisirs périscolaires et les projets liés au partenariat avec l’école ouverte, l’association pilotait un accueil de loisirs pendant les vacances et mercredis pour les enfants de moins de 10 ans, une halte garderie à gestion parentale, ainsi qu’un espace ouvert aux jeunes et des activités destinées aux adultes.

Cependant, malgré le soutien de la municipalité, l’équipe bénévole dirigeante exprimait régulièrement un risque d’essoufflement en l’absence d’un cadre pour diriger l’association.

Avec le soutien de la Caf du Cantal et de la ville d’Aurillac, le conseil d’administration de l’A.L.C. a mené une réflexion durant l’année 2002 afin de réfléchir à l’éventualité de solliciter l’agrément « Centre Social » pour mener à bien le projet de maillage souhaité par la CAF du cantal et la ville d’Aurillac.

Si elle devenait centre social, l’A.L.C. devait étendre son action aux quartiers Gare Doumer Vialenc et Alouettes, élargir son action au-delà de son partenariat avec l’école de Belbex et s’adresser à toutes les tranches d’âges de la population. Le conseil d’administration a approuvé cette évolution qui a été accompagnée par la Mairie d’Aurillac, et la CAF du cantal qui a validé le premier projet social pour un an.

En mars 2003, l’A.L.C. recevait son premier agrément « centre social ». L’équipe bénévole procéda alors, au recrutement d’un poste de directeur de centre social.